• L'Etat aux ordres des chasseurs

     

    La nuisibilité du sanglier s’accroît.

    Ces dernières semaines, partout on constate une forte augmentation des dégâts de sangliers: dégâts agricoles fragilisant des exploitations, sangliers sur les routes et les autoroutes, sangliers en ville, jardins et installations collectives détruites,…

     

    Une expérimentation de piégeage collectif concluante.

    En septembre 2017, suite à d’importants dégâts sur la commune d'Ucel en Ardèche, les services de l’État proposent d'installer une cage-piège sur une exploitation agricole fortement impactée. Des agriculteurs demandent de pouvoir installer un enclos-piège plus efficace, qui permettrait de capturer plusieurs sangliers en même temps. Ceux-ci se mobilisent et proposent de construire le piège, de le faire valider par les services de l’État; la surveillance quotidienne étant faite par le propriétaire et l’opération restant sous l'entière responsabilité de l’État (conseil technique, suivi, décision d'armer, abattage et évacuation des animaux capturés). Cette procédure est validée par les services de l’État. Un enclos de 8m par 8m est construit, muni d'une porte qui se ferme automatiquement lorsqu'un groupe de sangliers se trouve à l'intérieur. Le dispositif se révèle particulièrement efficace : plus de 30 sangliers sont capturés et abattus en 5 prises.

     

    Quelle est l'efficacité de cette méthode en comparaison des méthodes classiques ?

    En comptant le temps passé à la réalisation du piège, à son suivi, à l'abattage et à l'évacuation des animaux, le rendement du dispositif est de 10 sangliers abattus par journée-homme. À titre de comparaison, le rendement de la chasse en Ardèche sur la saison 2015/2016 a été de 0,08 sanglier abattu par journée-homme... Et les mesures classiques de destruction administrative organisées par l’État, à savoir ; les tirs de nuit, les tirs d’affût et les battues administratives, ont un rendement de l'ordre de 0,7 sanglier abattu par opération, soit moins de 1 sanglier par journée-homme.

     

    Cette expérience montre l’efficacité d’un tel dispositif.

     

     

     

     

    Chasse

    Saison 2015/2016

    Mesures administratives classiques

    (pas de mesure en journée/homme)

     

    Piégeage par enclos

    Y compris temps d’installation du piège

    depuis septembre 2017

    Rendement par journée/homme

     

     

    0.08 sanglier

     

    0.7 sanglier /opération

     

    10 sangliers

     

    L’État s'est il appuyé sur les bons résultats de cette expérience pour permettre plus généralement le piégeage collectif ?

    Malgré l’efficacité prouvée et l’importance du préjudice général, l’État n’a pas permis de mettre en œuvre cette mesure de piégeage par enclos sur d’autres secteurs en grave déséquilibre.

    Depuis le 25 septembre 2017 (date de la première capture d'un groupe de sangliers à Ucel), le Préfet de l'Ardèche a pris pas moins de 76 arrêtés de destruction administrative de sangliers, soit 1 arrêté par jour, pour des secteurs sur lesquels les  sangliers pose problème. Dans chaque arrêté sont définis les moyens de destruction possibles : tirs, battues, durée… Suite à l'expérience positive d'Ucel, il aurait dû être prévu le piégeage par enclos comme moyen de destruction administrative. Pourtant, sur les 76 arrêtés, seuls 2 d'entre eux permettent explicitement d'utiliser le piégeage : pour la commune de Veaudevant, sur laquelle l'association de chasse locale (ACCA) a été dissoute et où il n'y a plus de chasse organisée, et pour la commune de Viviers, zone urbaine où la chasse n'est pas possible.

     

    Pourquoi le piégeage a-t-il été autorisé seulement sur 2 communes et pas sur les 74 autres ?

    Ces derniers mois, le Président de la Fédération de chasseurs de l'Ardèche a publiquement affirmé sa ferme opposition au piégeage en dehors des zones urbaines et péri-urbaine. S'est à dire qu'il s'oppose au piégeage là où la chasse est possible. Le piégeage du sanglier, déplaît fortement au monde de la chasse pour trois raisons principales : - il s'agit d'une technique perçue non noble et contraire à l'éthique de la chasse - le piégeage conduit à capturer et abattre les mères pleines et surtout les marcassins destinés au renouvellement du cheptel - le piégeage soustrait aux chasseurs des animaux qu’ils ne pourront plus tuer dans la pratique de leur loisir.

     

    Quelle est la position du Préfet au regard de la volonté des chasseurs ?

    En autorisant le piégeage uniquement dans les territoires sans chasse, le Préfet de l'Ardèche sert la volonté du Président des chasseurs.

     

    Ceci est condamnable au regard de la morale et de la bonne gestion des fonds publics.

     Au regard de la morale, la volonté d'un loisir, quel qu’il soit, et en l’occurrence ici celui de la chasse, ne peut être satisfaite au détriment des intérêts d'une profession, ici l'agriculture, et des enjeux de sécurité, sécurité routière notamment. Au regard de la bonne gestion, l’ensemble du dispositif de destruction administrative des sangliers mobilise des moyens importants de l’État : collecte des plaintes et réponses, définition des mesures, prise des arrêtés et suivi des mesures… Ainsi, ne pas utiliser les moyens les plus efficaces pour détruire les sangliers conduit à laisser perdurer cette situation et relève d’une mauvaise gestion. Sur les 76 arrêtés préfectoraux pris après le piégeage d'Ucel, 22 sont des arrêtés qui en renouvellent des précédents et pour lesquels il est évident que les mesures administratives classiques se sont avérées insuffisantes. Malgré cela, aucun de ces 22 arrêtés ne permet le piégeage qui s'avère pourtant plus efficace…

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :